Quelle est mon expérience à propos du sevrage des benzodiazépines ?

Les benzodiazépines sont des médicaments utilisés dans le cadre du traitement des symptômes psychologiques et de l’anxiété. Comme plusieurs médicaments, ils peuvent entraîner une dépendance, notamment en cas d’usage à long terme. Dans le cas échéant, le sevrage est indispensable pour limiter ou éviter les effets secondaires. Découvrez dans cet article notre expérience sur le sevrage des benzodiazépines.

Pourquoi réaliser un sevrage des benzodiazépines ?

Réaliser un sevrage des benzodiazépines est indispensable, car les effets indésirables de ces anxiolytiques sont néfastes pour la santé et ne disparaissent pas simplement à l’usage. Selon la dose prise et la sensibilité du consommateur, les effets de médicaments sont :

  • Amnésie antérograde ;
  • Trouble du comportement : agressivité, dépendance physique et psychique, agitation, irritabilité, etc.
  • Céphalées, ataxie ;
  • Réduction de la vigilance, somnolence ;
  • Action sur la libido.

Les benzodiazépines peuvent également entraîner des effets indésirables cutanés, oculaires et  généraux tels que l’asthénie, l’hypotonie et le  risque de chutes.

Comment réussir le sevrage des benzodiazépines ?

Pour réussir le sevrage des benzodiazépines, l’élément le plus déterminant est la volonté du consommateur. Une fois que ce dernier est décidé, il doit orienter sa consommation de médicaments sur ceux qui n’entraînent pas de dépendance pour faciliter le sevrage. En effet, certains troubles (phobies, troubles anxieux, attaques de panique) que ces anxiolytiques avaient calmés peuvent resurgir. D’où l’importance de s’orienter vers des solutions qui ne provoquent pas de dépendance telle que les antidépresseurs, les antihistaminiques spécifiques et la mélatonine. Ensuite, le patient doit avertir ses proches sur le risque d’un syndrome de sevrage. Cela leur permet de s’apprêter et de lui apporter leur soutien dans cette lutte.

Pour réussir le sevrage des benzodiazépines, le patient doit également définir un calendrier d’arrêt des anxiolytiques. Celui-ci renferme notamment les dates de réduction de doses, et les signes inhabituels lorsqu’il y en a. Ces informations permettent l’ajustement des paliers ainsi que les dosages. Pour les cas les moins complexes, le sevrage peut durer 3 à 4 semaines. Cependant, pour les consommateurs de doses élevées, le sevrage peut nécessiter plusieurs mois. La durée fluctue donc en fonction de la dose de la formule.

Quelle est mon expérience par rapport au sevrage des benzodiazépines ?

De notre expérience avec les benzodiazépines, nous retenons qu’il s’agit d’anxiolytiques utiles pour la cure de nombreuses maladies psychiatriques et médicales. Toutefois, le risque de dépendance et de sevrage qu’ils entraînent est très élevé et généralement sous-estimé par les professionnels de santé. Pour initier le sevrage de ces substances, une motivation sans faille de la part du consommateur est importante, car tel a été le cas en ce qui nous concerne. Aussi, une approche psychothérapeutique peut participer à l’arrêt de la médication. La baisse de la médication doit se réaliser progressivement pour réduire le risque de symptôme de sevrage. De même, un soutien psychologique est nécessaire et des visites médicales doivent s’effectuer régulièrement chaque 2 à 4 semaines. Cela facilite l’arrêt de la médication, car le risque de rechute plane en permanence sur le patient. La rechute peut être due à la dépendance psychologique, à la gravité des symptômes de sevrage et enfin à la résurgence des symptômes.

Articles similaires

4.5/5 - (2 votes)

We will be happy to hear your thoughts

      Leave a reply