Qu’est-ce que la dyspraxie et comment la reconnaître chez un enfant ?

Lorsqu’un enfant naît, il devrait normalement grandir comme tous les enfants et apprendre progressivement les choses. Mais il peut arriver que certains troubles l’empêchent de grandir et d’acquérir certaines capacités manuelles. Au nombre de ces troubles, nous avons la dyspraxie et elle peut se manifester autant chez l’enfant que l’adulte. Qu’est-ce donc que cette maladie ?

Définition de la dyspraxie chez l’adulte

La dyspraxie chez l’enfant étant le même trouble que chez l’adulte, la définition dyspraxie est donc la même. C’est l’enfant dyspraxique qui devient adulte dyspraxique. Mais c’est au niveau des symptômes et de l’intensité du mal qu’il y aura une légère différence. Chez l’adulte, la dyspraxie se manifestera comme suit :

  • Difficulté de coordination dans les tâches motrices ;
  • Difficultés dans les tâches basiques et routinières (s’habiller, manger, écrire, saisir à la machine) ;
  • Difficultés à acquérir de nouvelles compétences (apprendre à conduire), à réfléchir et à retenir des informations ;
  • Difficultés à gérer les émotions.

Le diagnostic de la dyspraxie chez l’adulte suit le même processus avec celui chez l’enfant. L’adulte qui se pense dyspraxique doit se rendre chez un ergothérapeute ou un physiothérapeute pour une évaluation afin de déterminer le degré de son trouble et les capacités qu’il affecte.

Malheureusement, la dyspraxie est un mal qui ne peut être définitivement guéri, mais avec certaines thérapies, la vie quotidienne des personnes dyspraxiques peut être améliorée. Au nombre de ces thérapies, on compte celles qui suivent.

  • L’ergothérapie : cette thérapie permet de trouver des techniques pour que le dyspraxique puisse demeurer indépendant et puisse gérer ses tâches quotidiennes comme la cuisine et l’écriture ;
  • La thérapie cognitivo-comportementale : il s’agit d’une thérapie par la parole qui permettra de modifier votre façon de vous comporter.

En somme, la dyspraxie est un trouble qui affecte la coordination des mouvements et il est incurable. Pour le traiter et limiter ses symptômes, il n’existe que des thérapies.

La dyspraxie chez l’enfant

La dyspraxie est encore connue sous les termes de difficultés d’apprentissage motrices, de dysfonctionnement perceptuo-moteur et de trouble de la coordination et du développement (TAC). Pas très répandu comme le surpoids qui nécessite l’usage de brûleur de graisse, il s’agit d’un trouble neurologique qui empêche l’enfant d’apprendre les gestes de base. L’enfant dyspraxique a des problèmes de :

  • mouvement
  • coordination
  • jugement
  • mémoire
  • compétences cognitives

Ce trouble affecte également les systèmes immunitaires et nerveux du corps et le langage. La dyspraxie ne touche pas l’intelligence, mais elle peut engendrer des problèmes d’apprentissage. L’enfant dyspraxique semble se déplacer maladroitement. Les causes de ce mal demeurent encore indistinctes, mais la naissance prématurée à 7 mois pourrait représenter un facteur de risque.

Diagnostic de la dyspraxie chez l’enfant

Si le test PCR permet de détecter le covid, la dyspraxie elle peut se diagnostiquer par consultation d’un psychologue, d’un pédiatre ou d’un psychopédagogue. Si vous estimez que votre enfant a des retards excessifs et inhabituels dans certaines activités et attitudes de son âge, il vaudrait mieux consulter un professionnel.

Lors du diagnostic, le médecin vous posera quelques questions pour connaître les étapes du développement où votre enfant. Cette évaluation se basera sur la motricité globale (utilisation des gros muscles qui interviennent dans le saut et la marche par exemple] et sur la motricité fine (utilisation des petits muscles qui interviennent dans le laçage des chaussures, la fermeture des boutons).

Il n’y a pas que les enfants qui sont atteints par la dyspraxie, ce trouble s’observe également chez les adultes.

Quels sont les symptômes de la dyspraxie chez l’enfant ?

Les symptômes de cette maladie sont très visibles pour un parent attentif et ils varient selon l’âge de l’enfant. Par exemple, l’enfant prend du temps à ramper, à faire ses premiers pas, à manger lui-même et à s’habiller. De même :

  • Il a un mauvais équilibre ;
  • Il adopte une mauvaise posture ;
  • Il n’arrive pas à pratiquer certains jeux qui requièrent une coordination comme l’empilement des briques ;
  • Il est maladroit
  • Il présente des problèmes de perception ;
  • Il a une mauvaise coordination ;
  • Il préfère s’isoler plutôt que de participer aux activités motrices collectives

Ces symptômes ne se remarquent pas assez tôt, car il pourrait sembler au début que l’enfant a quelques difficultés à effectuer certaines tâches. Mais c’est dès l’âge de 5 ans que la remarque peut être effectuée. Comment se diagnostique la dyspraxie ?

Articles similaires

We will be happy to hear your thoughts

      Leave a reply